Bienvenue sur le site de

l'Association des Chasseurs à l'Arc de Normandie

 

Le but de l'association est de regrouper les chasseurs à l'arc, ou ceux désirant pratiquer ce mode de chasse, leur proposer un encadrement motivant  au niveau de la formation obligatoire (JFO), ou complémentaire (JFC), et les emmener vers une réflexion sur leur positionnement en tant que chasseur dans l'environnement et la société.

 

Former le chasseur à l'arc, parce que notre mode de chasse est moderne et qu'il attire de plus en plus de personnes n'ayant pas de connaissances particulières du milieu cynégétique (même si l'arc est utilisé depuis plusieurs milliers d'années, la chasse à l'arc n'a pas la transmission inter-générationnelle des chasses traditionnelles, et sa récente légalisation implique un apprentissage spécifique).

 

Positionner le chasseur dans la société et lui faire prendre conscience de sa fonction au sein de l'environnement: la condition de sa reconnaissance et du bien-fondé de son activité au sein de la nature.

 

Nous espérons que vous prendrez autant de plaisir à naviguer sur ce site que nous en avons, l'arc en main, en entrant dans le sous-bois...

 

L’A.C.A.N. :

 

L'Association des Chasseurs à l'arc de Normandie, régie par la loi 1901, existe depuis 1989.

 

Outre le fait de rassembler les chasseurs à l'arc d'une même région, elle a su développer différentes missions d'intérêt public :

 

- la mise en place conjointe avec les fédérations départementales de chasseurs de Journées de Formation Obligatoire  (JFO) pour la pratique de la chasse à l'arc, depuis 1995, date de sa légalisation.

 

- la formation continue du chasseur à l'arc, d'après un programme reconnu (FFCA) sur des sujets aussi variés que la faune, la flore, le matériel d'archerie, l'évolution des textes de loi régissant cette activité, l'ouverture aux non-chasseurs... avec la possibilité de valider ses acquis lors du passage du Brevet du Chasseur à l'Arc (BCA)

 

- la régulation d'espèces invasives (comme le rat musqué, le ragondin...) dans des endroits ou l'intervention avec une arme à feu est délicate, sur la base du bénévolat.

 

- la participation aux fêtes de la nature, avec l'initiation au tir à l'arc auprès du public, et le partage de notre passion.

 

Dis-moi comment tu chasses, je te dirais qui tu es....

 

Chasser à l'arc n'a rien d'élitiste comme certains pourraient le croire: si l'on augmente la difficulté de prélever avec un arc, ce n'est pas pour prouver  que l'on est meilleur chasseur que l'autre, mais plutôt permettre de trouver au fond de soi maitrise et respect.

 

- Maitrise parce que l'acte requiert un savoir-faire acquis par de nombreuses heures d'entrainement: les séances tir à l'arc, l'approche, la connaissance parfaite des animaux chassés, leur anatomie, leur biotope ...

 

- Respect car tirer une flèche sur une proie pour se l'approprier nécessite la prise de conscience d'un acte qui entrainera la mort de l'animal, qui se doit d'être  la plus brève possible.

 

C'est l'expérience de la chasse et cette confrontation à la nature qui va amener progressivement le chasseur à la réflexion sur ses valeurs.

 

 Le "jeune chasseur à l'arc" veut du résultat, il a besoin de prouver sa compétence, car il croit en la reconnaissance de ses pairs par le tableau qu'il réalisera, et plus il chasse, moins il a de réussite.... nous sommes tous passés par là, et force est de constater que nous en avons au moins retenu une leçon: l'humilité !

 

Et puis vient le moment du mûrissement, ou l'on comprend que chasser à l'arc, c'est d'abord apprendre à regarder, comprendre le monde qui nous entoure, s'intégrer dans ce milieu dit "sauvage" par notre civilisation... et la satisfaction d'accomplir un acte loyal lorsque l'on décoche... ou non sa flèche.

 

Enfin viendra le temps ou chasser à l'arc sera le moment privilégié de faire partager à ses descendants ce mode de chasse et de vie, dont la nature est le fil conducteur qui motive nos choix et habitudes de consommation.... écologiques.

 

« Stéphane LEFEBVRE »